Soignez les premiers informés de nos mises à jour

jeudi 22 mars 2012

Le thym, un remède contre la toux

Soulagez la bronchite avec des infusions

 

Noms communs : Thym commun, thym espagnol, serpolet.
Noms botaniques :
Thymus vulgaris, Thymus zygis, Thymus serpyllum, famille des labiées ou lamiacées.
Nom anglais :
Thyme.
Parties utilisées : Feuilles et fleurs.
Habitat et origine :
Petit arbrisseau ne dépassant pas une trentaine de centimètres de hauteur, le thym est originaire du bassin méditerranéen et pousse en plein soleil dans les sols riches et bien drainés.

Indications

 

Efficacité probableExtrait combiné de thym et de racine de primevère - Traiter la bronchite.Voir la légende des symboles
Efficacité possibleExtrait combiné de thym et de lierre grimpant - Traiter la bronchite.
Efficacité incertaineThymol – Combattre la plaque dentaire et contribuer à prévenir la carie (dans le Listerine® en association avec l'eucalyptol et le menthol).
Usage reconnuThym, par voie interne - Soulager la toux causée par la bronchite, la coqueluche et l’inflammation des voies respiratoires supérieures; soulager les troubles digestifs et gastro-intestinaux mineurs.
Thym, par voie externe
- Traiter les inflammations des muqueuses buccales (stomatite) et la mauvaise haleine (halitose).
Usage traditionnelThym, par voie interne - Soulager les symptômes des affections broncho-pulmonaires (la toux, notamment) et de la grippe; stimuler la digestion.
Thym, par voie externe
- Soigner les blessures cutanées mineures et certaines affections cutanées.
Pour plus de détails, voir Recherches sur le thym.

 

Posologie du thym

 

Par voie interne

Inflammation des voies respiratoires
  • Infusion. Infuser de 1 g à 2 g de plante séchée dans 150 ml d'eau bouillante durant 10 minutes. Boire plusieurs tasses par jour, au besoin.
  • Extrait fluide (1:1, feuilles fraîches ou 1 :4, feuilles séchées). Prendre de 20 à 40 gouttes, diluées dans de l’eau ou du jus, 3 fois par jour.
  • Teinture (1:10 éthanol à 70 %). Prendre de 20 à 40 gouttes, diluées dans de l'eau ou du jus, de 1 à 3 fois par jour.

Par voie externe

Plaque dentaire, stomatite, halitose, laryngite et amygdalite
  • Rince-bouche ou gargarisme. Infuser 5 g de plante séchée dans 100 ml d'eau bouillante, durant 10 minutes. Se rincer la bouche ou se gargariser avec la préparation filtrée et refroidie, de 2 à 3 fois par jour. On peut aussi diluer quelques gouttes d’extrait liquide dans de l’eau.

Plaies et irritations cutanées mineures
  • Compresses. Utiliser la même infusion que celle décrite ci-dessus pour le rince-bouche ou le gargarisme et appliquer au besoin sur les parties atteintes.

Truc d’expert. Pour dégager les voies respiratoires, rien de tel que le thym, selon Jean-Louis Brazier, pharmacologue et professeur titulaire à l’Université de Montréal.

Plonger 2 c. à table de thym dans un bol d’eau bouillante. Pencher la tête au-dessus du bol. Se couvrir d’une serviette. Respirer tout doucement au début, les vapeurs étant importantes. Quelques minutes suffisent.

Le thym, comme l’eucalyptus, contient des terpènes qui ont un effet expectorant. Ce conseil est tiré de notre dossier Ma pharmacie.

Historique du thym

 

Depuis plus de 12 000 ans, le thym fait partie de la vie quotidienne des humains, tant pour ses usages médicinaux et cosmétiques que culinaires. Les Sumériens et les Égyptiens de la haute Antiquité l'utilisaient pour embaumer leurs morts. Chez les Romains, on faisait brûler du thym pour purifier l'air et éloigner les animaux nuisibles. On s'en servait aussi pour aromatiser fromages et boissons alcooliques. Les militaires en mettaient dans leur bain pour se donner de la vigueur. Au Moyen Âge, le thym était réputé pour donner du courage aux chevaliers.

De nos jours, l'huile essentielle de thym et le thymol, un de ses composants, sont couramment utilisés pour la confection de savons et de cosmétiques divers. En Amérique du Nord, l’une des marques les plus populaires de rince-bouche (Listerine®) contient du thymol ainsi que de l'eucalyptol et du menthol. Il entre aussi dans la composition de quelques dentifrices. En Europe, le thym compte encore parmi les plantes les plus fréquemment recommandées contre la toux et l'inflammation des voies respiratoires. Pour en savoir plus sur les usages culinaires du thym, consultez notre fiche Thym dans la section Nutrition.

Recherches sur le thym

 

Bronchite

 

Efficacité probable Thym et racine de primevère. Au cours d’une étude ouverte (les participants savaient ce qu’ils prenaient), plus de 7 000 patients souffrant de bronchite aigüe ont testé un sirop (Bronchipret®) composé d’extraits de thym (Thymus vulgaris) et de racine de primevère officinale (Primulae radix). Celui-ci s’est montré au moins aussi efficace que la N-acétylcystéine et que l’ambroxol, deux médicaments qui fluidifient les sécrétions bronchiques1. Il a aussi entraîné moins d’effets indésirables.

Trois essais plus récents ont confirmé l’efficacité de la combinaison thym-primevère pour réduire modérément la durée et l’intensité des symptômes de la bronchite2-4. Les produits testés - Bronchipret®2, Bronchicum Tropfen®3 et Bronchicum Elixir® - sont fabriqués en Allemagne et ne sont pas disponibles au Québec4.

Il est à noter que la racine de primevère, seule ou associée au thym, est reconnue par la Commission E allemande pour le traitement de l’inflammation des voies respiratoires.

Efficacité possible Thym et lierre grimpant. Deux essais cliniques ont indiqué que les sirops Bronchipret Saft® et Weleda Hustenelixier® étaient efficaces pour soulager la toux5,6. Fabriqués en Allemagne, ils sont composés d’un extrait de thym et d’un extrait de feuilles de lierre grimpant (Hedera helix). Par ailleurs, l’efficacité et l’innocuité du produit Bronchipret (en traitement de 10 jours) ont été confirmées par une étude de pharmacovigilance (voir note plus bas) menée auprès d’un millier d’enfants et d’adolescents7.

Le lierre grimpant, qui est l’ingrédient principal de ces sirops, est reconnu par la Commission E pour soulager à lui seul l’inflammation des voies respiratoires, notamment la bronchite chronique.

Note. L'objectif principal d'une étude de pharmacovigilance est de répertorier les éventuels effets indésirables et non pas les effets thérapeutiques d'une substance. Les résultats thérapeutiques rapportés dans cette étude ne constituent donc pas, à eux seuls, une preuve, mais plutôt un indice de l'efficacité de ce sirop à base de thym et de lierre grimpant pour traiter la bronchite.
Efficacité incertaine Plaque dentaire. Les seules études cliniques dont on dispose pour évaluer l'efficacité du thym en matière d'hygiène buccale viennent des nombreux essais cliniques menés sur un rince-bouche populaire (Listerine®). Ce rince-bouche renferme de l'eucalyptol (extrait de l’eucalyptus), du thymol (extrait du thym) et du menthol (extrait de la menthe poivrée)8-14. L'efficacité de ce produit pour combattre la plaque dentaire et les bactéries qui causent la carie et la gingivite serait attribuable, notamment, à l'action du thymol15,16,22.



Usage reconnu Usages reconnus et traditionnels. Les chercheurs n’ont pas effectué d’essais permettant de déterminer l'efficacité du thym seul. Cependant, une longue pratique clinique ininterrompue de même que les opinions convergentes de nombreux experts respectés ont fait en sorte que certains des usages médicinaux traditionnels du thym sont aujourd'hui reconnus.

Ainsi, la Commission E allemande reconnaît l’efficacité du thym pour le traitement des symptômes de la bronchite, de la coqueluche et de l’inflammation des voies respiratoires. En plus de ces usages, l'ESCOP lui reconnaît une utilité pour le traitement de l’inflammation des muqueuses de la bouche et des gencives (stomatite) et de la mauvaise haleine chronique (halitose). Quant à l'Organisation mondiale de la Santé, elle souligne qu'en plus de ces usages, les pharmacopées européennes font mention du thym pour traiter la dyspepsie et d'autres troubles gastro-intestinaux, la laryngite et l'amygdalite (en gargarisme), ainsi que les blessures cutanées mineures.

Divers. Selon les résultats d'une étude à double insu avec placebo, un mélange d'huiles essentielles de romarin (psn), de lavande, de thym et de noix de cèdre pourrait être utile pour les personnes souffrant de pelade17. La « recette » employée au cours de cette étude est la suivante : 3 gouttes de romarin, 2 gouttes de thym, 3 gouttes de lavande, 2 gouttes de noix de cèdre et 3 ml d'huile de jojoba, le tout ajouté à 20 ml d'huile de pépins de raisin.

En aromathérapie, l’huile essentielle de thym (Thymus vulgaris CT thujanol et Thymus satureoïdes, surtout) a de nombreux usages, dont la prévention et le traitement des infections respiratoires18. À utiliser sous la supervision d’un aromathérapeute dûment formé (voir la section Précautions ci-dessous).

Précautions

 

Attention

  • Éviter le thym en cas d'allergie aux plantes de la famille des labiées (famille de la menthe).
  • Les personnes sensibles au pollen de bouleau ou au céleri pourraient souffrir de sensibilité croisée avec le thym.
  • Bien qu'un usage très répandu n'ait entraîné, en plusieurs millénaires, aucun effet indésirable durant une grossesse ou l'allaitement, certaines sources recommandent aux femmes enceintes et qui allaitent d'éviter les extraits et les concentrés de thym.
  • Ne jamais prendre d'huile essentielle de thym par voie orale, sauf sous la surveillance d'un aromathérapeute compétent, car au-delà d’un certain dosage, cette huile peut être toxique, selon des essais in vitro et sur des animaux19,20.
  • Ne jamais appliquer d'huile essentielle de thym sur la peau sans la diluer et choisir de préférence une huile douce à linalol, géraniol ou terpinéol (composés du thym « jaune », par opposition à ceux du thym « rouge » ou au thymol qui sont plus corrosifs pour la peau). Diluer dans de l'huile végétale (maximum 5 % d'huile essentielle). 

 

Contre-indications

  • Aucune connue. 

Effets indésirables

  • Les rares effets indésirables rapportés sont surtout de nature allergique. On a parfois observé des brûlures d'estomac et de l'irritation gastro-intestinale. 

Interactions

 

Avec des plantes ou des suppléments

  • Aucune connue.

Avec des médicaments

  • Agents pro ou antithyroïdiens. Sur la base d’un essai sur des rats21, le thym pourrait théoriquement diminuer l'impact d'une thérapie de substitution des hormones thyroïdiennes ou exacerber l'effet des médicaments antithyroïdiens.

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=thym_ps



Réviseure :
Danielle Julie Carrier, professeure agrégée, Biological and Agricultural Engineering, University of Arkansas (juin 2011).
Recherche et rédaction : PasseportSanté.net
Mise à jour : juillet 2011

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d'autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu'un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l'information désirée.
Bibliographie
Alves L. Aromathérapie - Thym, Aromalves [Consulté le 2 juin 2011]. www.aromalves.com
Barnes Joan, Anderson A. Linda, Phillipson David J. Herbal Medicines, Pharmaceutical Press, Grande-Bretagne, troisième édition, 2007.
Baudoux Dominique. L'aromathérapie - Se soigner par les huiles essentielles, Atlantica, 2001.
Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J.(Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council - publié par Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
European Medecine Agency – Science Medicines Health. Herbal medicine for human use. Thymi aetheroleum. Thymi herba. Thyni herba/Primulae radix. [Consulté le 2 juin 2011]. www.ema.europa.eu
European Scientific Cooperative on Phytotherapy (Ed). Thymi herba, ESCOP Monographs on the Medicinal Uses of Plants Drugs, Centre for Complementary Health Studies, Université d'Exeter, Grande-Bretagne, 1996.
Donadieu Y. Thérapeutique naturelles - Sélection du Dr Donadieu – Thym. [Consulté le 11 novembre 2009] www.01sante.com
Natural Standard (Ed). Foods, Herbs & Supplements - Thyme, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 2 juin 2011]. www.naturalstandard.com
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté 2 juin 2011]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Organisation mondiale de la santé. WHO monographs on selected medicinal plants, volume 1, Suisse, 1999.
Weiss RF, Fintelmann V. Herbal Medicine. Thieme, États-Unis, deuxième édition, 2000.
Notes
1. Ernst E, Marz R, Sieder C. A controlled multi-centre study of herbal versus synthetic secretolytic drugs for acute bronchitis. Phytomedicine 1997;4:287-293.
2. Efficacy and tolerability of a fixed combination of thyme and primrose root in patients with acute bronchitis. A double-blind, randomized, placebo-controlled clinical trial. Gruenwald J, Graubaum HJ, Busch R. Arzneimittelforschung. 2005;55(11):669-76.
3. Evaluation of the non-inferiority of a fixed combination of thyme fluid- and primrose root extract in comparison to a fixed combination of thyme fluid extract and primrose root tincture in patients with acute bronchitis. A single-blind, randomized, bi-centric clinical trial. Gruenwald J, Graubaum HJ, Busch R. Arzneimittelforschung. 2006;56(8):574-81.
4. Evaluation of efficacy and tolerability of a fixed combination of dry extracts of thyme herb and primrose root in adults suffering from acute bronchitis with productive cough. A prospective, double-blind, placebo-controlled multicentre clinical trial. Kemmerich B. Arzneimittelforschung. 2007;57(9):607-15.
5. Buechi S, Vogelin R, et al. Open trial to assess aspects of safety and efficacy of a combined herbal cough syrup with ivy and thyme. Forsch Komplementarmed Klass Naturheilkd. 2005 Dec;12(6):328-32.
6. Kemmerich B, Eberhardt R, Stammer H. Efficacy and tolerability of a fluid extract combination of thyme herb and ivy leaves and matched placebo in adults suffering from acute bronchitis with productive cough. A prospective, double-blind, placebo-controlled clinical trial. Arzneimittelforschung. 2006;56(9):652-60
7. [Treatment of acute bronchitis in children and adolescents. Non-interventional postmarketing surveillance study confirms the benefit and safety of a syrup made of extracts from thyme and ivy leaves] Marzian O. MMW Fortschr Med. 2007 Jun 28;149(11):69-74. German.
8. Fine DH, Furgang D, et al. Effect of an essential oil-containing antiseptic mouthrinse on plaque and salivary Streptococcus mutans levels.J Clin Periodontol 2000 Mar;27(3):157-61.
9. Gordon JM, Lamster IB, Seiger MC. Efficacy of Listerine antiseptic in inhibiting the development of plaque and gingivitis.J Clin Periodontol 1985 Sep;12(8):697-704.
10. DePaola LG, Overholser CD, et al. Chemotherapeutic inhibition of supragingival dental plaque and gingivitis development.J Clin Periodontol 1989 May;16(5):311-5.
11. Minah GE, DePaola LG, et al. Effects of 6 months use of an antiseptic mouthrinse on supragingival dental plaque microflora.J Clin Periodontol 1989 Jul;16(6):347-52.
12. Brecx M, Brownstone E, et al. Efficacy of Listerine, Meridol and chlorhexidine mouthrinses as supplements to regular tooth cleaning measures.J Clin Periodontol 1992 Mar;19(3):202-7.
13. Overholser CD, Meiller TF, et al. Comparative effects of 2 chemotherapeutic mouthrinses on the development of supragingival dental plaque and gingivitis.J Clin Periodontol 1990 Sep;17(8):575-9.
14. Pan P, Barnett ML, et al. Determination of the in situ bactericidal activity of an essential oil mouthrinse using a vital stain method.J Clin Periodontol 2000 Apr;27(4):256-61.
15. Shapiro S, Guggenheim B. The action of thymol on oral bacteria.Oral Microbiol Immunol 1995 Aug;10(4):241-6.
16. Dennison DK, Meredith GM, et al. The antiviral spectrum of Listerine antiseptic.Oral Surg Oral Med Oral Pathol Oral Radiol Endod 1995 Apr;79(4):442-8.
17. Hay IC, Jamieson M, Ormerod AD. Randomized trial of aromatherapy. Successful treatment for alopecia areata.Arch Dermatol 1998 Nov;134(11):1349-52.
18. Baudoux Dominique. L'aromathérapie - Se soigner par les huiles essentielles, Atlantica, 2001, pages 200 à 205.
19. Aydin S, Başaran A, Başaran N. Modulating effects of thyme and its major ingredients on oxidative DNA damage in human lymphocytes. J Agric Food Chem 2005 ;53:1299-1305.
20. Qureshi S, Shah AH, et al. Toxicity of Achillea fragrantissima and Thymus vulgaris in mice. Fitoterapia 1991;62(4):319-323. Étude mentionnée dans : Natural Standard (Ed). Foods, Herbs & Supplements - Thyme, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 2 juin 2011]. www.naturalstandard.com
21. Sourgens H, Winterhoff H, et al. Antihormonal effects of plant extracts. TSH- and prolactin-suppressing properties of Lithospermum officinale and other plants. Planta Med 1982;45(2):78-86. No abstract available. Étude mentionnée dans : Natural Standard (Ed). Foods, Herbs & Supplements - Thyme, Nature Medicine Quality Standard. [Consulté le 28 novembre 2006]. www.naturalstandard.com
22. The action of thymol on oral bacteria. Shapiro S, Guggenheim B. Oral Microbiol Immunol. 1995 Aug;10(4):241-6.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire